Les frères Martel se découvrent…

Economie

Mickaël et Nicolas ont repris l’entreprise de couverture-zinguerie Potier, à Lambres, il y a un an et demi. Et ça marche plutôt bien pour eux.

Tous deux ont toujours été dans le domaine du bâtiment, la couverture-zinguerie principalement. À bientôt 30 ans, Mickaël a travaillé dans plusieurs entreprises. Son frère Nicolas, 26 ans, a lui exercé comme apprenti d’abord puis comme salarié chez Potier pendant 8 ans. Une affaire qu’ils ont reprise ensemble il y aura deux ans en juin.

Le plus dur, se lancer...

Pour devenir de vrais patrons, ils ont été accompagnés par la chambre de Métiers et de l’Artisanat. Parce que « le plus compliqué, c’est de gérer les papiers, l’administration. Maintenant, on est rodés. On sait ce qu’on a à faire. » Ils ont également bénéficié de l’aide communautaire aux très petites entreprises en milieu rural. « Ça nous a permis d’acheter du matériel - c’est bien. Les gens qui débutent et qui n’ont pas ça, c’est plus compliqué. », résume Mickaël.

« On travaille essentiellement sur Isbergues et les environs, indiquent-ils à tour de rôle. On veut satisfaire les clients d’ici. Et ça tourne. On commence à bien travailler, principalement en couverture », avec des clients qui ont vu leur page facebook et « les photos "avant-après" ». Si leur agenda est complet « jusqu’après les vacances d’été », les deux frères n’envisagent pas de monter en puissance dans l’immédiat. « Mais on a quand même un apprenti. »

> SARL Martel Frères, 12 route Nationale à Lambres, (T) 07 67 21 51 60 / sarlmartelfreres@gmail.com / facebook : SARL Martel Frères


Envie de créer votre affaire ? Les frères Martel ont été accompagnés par la chambre de Métiers et de l’Artisanat (CMA), une des structures pour la création d’entreprise partenaires de l’Agglomération. Ils ont également bénéficié de l’aide communautaire en faveur des très petites entreprises (TPE).

L’aide aux TPE a pour but de soutenir les projets de création d’activités économiques génératrices d’emplois, et de leur faciliter l’accès à d’autres financements. Elle concerne les entreprises en phase de création de moins d’un an, de moins de 10 salariés, implantées dans des communes de moins de 3 000 habitants ou dans un « quartier prioritaire de la Ville ».

La subvention est de 15 % du montant de l’investissement éligible, avec une bonification de 1 000 € par emploi créé (CDI, en équivalent temps plein), dans la limite de 10 sur trois ans.

> Tout renseignement auprès de la direction du développement économique, (T) 03 21 614 900